Média Trust, l’espoir renait pour les journalistes mauriciens

Le Media Trust est une institution créée par l’Assemblée Nationale de Maurice en 1994. Elle avait alors pour objectif la formation des journalistes, mais également la gestion des fonds du gouvernement alloués à cette dernière (environ 2 millions de roupies par an), l’organisation de conférences et d’ateliers, le développement des relations avec des organisations de presse étrangères… Le conseil d’administration du MTB comprend un président, un représentant du ministère de l’Information et du ministère des Finances, un des organisations de journalistes, de l’electronic media et enfin quatre représentants de la presse, élus par les professionnels du secteur. Après sa création, des centaines de journalistes, secrétaires de rédaction et photographes ont pu bénéficié de stages dans de grandes entreprises de presse internationales ou de cours dans de prestigieuses écoles de formation,  aussi bien à Maurice qu’à l’étranger.

Cependant, en 2006, alors qu’un nouveau Board of Trustees est élu par l’ensemble de la presse, le Premier ministre Navin Ramgoolam, également ministre de l’Information, refuse d’approuver ses nouveaux membres.  Déjà à l’époque, il ne bénéficie pas d’une très bonne image médiatique et n’apprécie guère ses apparitions dans la presse. Refusant de cautionner cette manœuvre anti-démocratique du gouvernement, les membres élus choisissent de démissionner.

media-trust
Les 4 membres du Média Trust de 2006 :Priscilla Tirvengadum, Nad Sivaramen, Ehshan Kodarbux et Finlay Salesse.

Un retour attendu…

Neuf ans plus tard, le Media Trust reprend vie. Durant la campagne électorale, les dirigeants de l’Alliance Lepep avaient promis de faire renaître l’organisme de ses cendres. Promesse tenue. Le 14 janvier, Bheem Hossanee, secrétaire administratif de l’institution, a reçu un courrier du bureau du Premier ministre lui demandant de procéder à la reconstitution du Board. Et c’est le mardi 10 Mars que les journalistes se sont rendus aux urnes pour élire leurs quatre représentants, deux rédacteurs en chef et deux journalistes, appartenant à l’un des médias locaux et ayant déposé leur candidature.

« Je me réjouis de cette démarche gouvernementale visant à faire revivre le Media Trust », commente Finlay Salesse, président du conseil d’administration. « Nous allons pouvoir désormais remettre en œuvre tous les projets qui avaient été jusqu’ici gelés, c’est-à-dire la formation des journalistes et des gens de presse, que ce soit auprès des radiotélévisions étrangères ou des grandes écoles de journalisme, et continuer à recevoir les invités et autres conférenciers. »

…mais une faible mobilisation

Seul quatre rédacteurs en chef et cinq journalistes se sont présentés aux élections du Média Trust. Premier couac : quelques semaines avant la tenue des élections, on s’est rappelé qu’une mesure du Media Trust Act autorisait seulement les journalistes et rédacteurs en chef de la presse écrite à se porter candidats. Malgré l’émission d’une nouvelle Notice of Election, ouvrant la voie aux candidatures des journalistes des radios privées et de sites Web d’information, aucun représentant de Radio One ni de Top FM n’a signifié son intention de faire partie de l’aventure. Même désintérêt dans le cas du groupe de presse Le Mauricien.

 

Même constat au niveau de la participation : sur 454 journalistes et photographes enregistrés, seulement 154 se sont déplacés pour le vote. Le but à tout de même été atteint : une nouvelle équipé a été élue.  Et à leur tête, pour la première fois, une femme : Michaëlla Seblin, rédactrice en chef du magasine 5 Plus, ainsi que Rabin Bhujun, du site ION News. Dans la catégorie des journalistes, ce sont Jean-Luc Emile (Défi Media Group) et Patrick St- Pierre (La Sentinelle Ltée) qui ont été choisis.

Les nouveaux élus du Média Trust:  Michaëlla Seblin, Rabin Bhujun, Jean-Luc Emile et Patrick St-Pierre.
Les nouveaux élus du Média Trust: Michaëlla Seblin, Rabin Bhujun, Jean-Luc Emile et Patrick St-Pierre.

 

Ce n’est que la première étape d’une longue série qui a été franchie. Le gouvernement doit maintenant nommer les autres membres du conseil d’administration du Media Trust et son président afin que l’organisme puisse se mettre au travail, avec un retard d’une décennie à rattraper.

Horizons Médiatiques

Le monde raconté par les étudiant·es du Master Nouvelles Pratiques Journalistiques de l'Université Lumière Lyon 2.