Politico à la conquête de l’Europe

Lancé en 2007 à Washington, Politico, un des premiers sites d’information politique outre-Atlantique, débarque en Europe le 21 avril prochain. Triés sur le volet, des dizaines de journalistes spécialistes en la matière ont été recrutés pour décrire et commenter l’actualité politique du vieux continent en temps réel.

9652517450_b76e40bdfc_z

Le QG à Bruxelles

Le choix des locaux n’a sans doute pas été fait au hasard. C’est Bruxelles, siège de nombreuses institutions européennes, qui accueillera cette nouvelle rédaction de 40 à 50 journalistes. Parmi eux « un ancien correspondant en Pologne de l’hebdomadaire économique britannique The Economist, une journaliste américaine du quotidien tabloïd New York Post, une pigiste berlinoise du Wall Street Journal ou du New York Times… Il y aura aussi des journalistes de European Voice, une agence spécialisée acquise par Politico », détaille Le Monde.

La direction de cette antenne européenne revient à Matthew Kaminski, qui travaillait auparavant pour le Wall Street Journal. Celui-ci explique d’ailleurs au Figaro qu’« un premier bureau vient d’ouvrir à Paris qui sera rapidement suivi par des bureaux à Londres, Berlin, Francfort, Moscou, et j’espère rapidement Varsovie et Madrid. ». Ces bureaux permettront à Bruxelles d’avoir des correspondants un peu partout en Europe.

Rendre la politique européenne intéressante

« Bruxelles comme Washington, est un lieu qui concentre des ambitions et de l’argent. C’est fascinant ! Je ne dis pas que l’on pourrait faire toute une saison de House of Cards, mais au moins un épisode », s’enthousiasme le directeur de la rédaction de Politico Europe. Le site entend ainsi mettre l’accent sur les personnalités qui font les institutions européennes, mais aussi sur les conflits qui déchirent les pays de l’Union sur différentes thématiques. « Paris sera sûrement intéressé de savoir de quoi Londres a bien pu discuter avec Angela Merkel ». Pour ce faire correctement et rapidement, Politico s’est allié avec le plus important groupe de presse allemand, Axel Springer, qui possède notamment les journaux Bild Zeitung et Die Welt.

Un modèle économique performant

A l’heure où beaucoup de médias en ligne peinent à trouver un équilibre financier, qu’en est-il de Politico. Il y aura bien évidemment des revenus publicitaires. Publicités qui d’ailleurs s’arrachent déjà au prix d’or aux États-Unis. À côté de cela, des conférences avec des personnalités politiques de haut-rang et autres événements vont être organisés, d’après Rue89. Et ce n’est pas fini, Politico.eu proposera aussi « Politico Pro », traitant de sujets pointus tels que l’énergie, la santé et la technologie, accessibles uniquement sur abonnement moyennant plusieurs milliers d’euros par mois. Ce service est actuellement la principale source de revenu de la société américaine.

Un média de référence aux Etats-Unis

En huit ans, Politico a réussi à s’imposer comme un média de référence en termes d’actualité politique aux Etats-Unis. La rédaction washingtonienne compte 300 journalistes et le site dénombre aujourd’hui environ sept millions de visiteurs uniques par mois. « Au lancement de Politico, on disait que les coulisses de la Maison Blanche et du capitole n’intéressaient personne. Nous avons prouvé le contraire », déclare fièrement Matthew Kaminski.

En parallèle du site internet, une édition papier sera également distribuée gratuitement toutes les semaines, dans « tous les lieux de pouvoir ».

Horizons Médiatiques

Le monde raconté par les étudiant·es du Master Nouvelles Pratiques Journalistiques de l'Université Lumière Lyon 2.