En stage : « étudiant athée dans une radio chrétienne »

Logo officiel de la radio chrétienne Texane "Truth on the air"
Logo officiel de la radio chrétienne Texane Truth on the air.

Choisir un stage n’est jamais chose facile : il faut savoir saisir les bonnes occasions au bon moment, et ne pas avoir peur de sortir des sentiers battus tant la concurrence est rude. C’est dans cette optique que j’ai choisi, en novembre dernier, de postuler à la Radio chrétienne francophone (RCF) de Namur, en Belgique… Sans vraiment me rendre compte de ce que cela impliquait.

Nous sommes au début du mois de décembre. Alors que je suis toujours en France, je reçois un mail de la directrice d’antenne de RCF Sud Belgique : « as-tu un lien quelconque avec la religion et la spiritualité ? Il est nécessaire que tu saches que c’est une dimension non négligeable au sein de notre établissement ».

Étant issu d’une famille sicilienne traditionaliste, j’aurais pu tricher et dire que je me sens touché par le dogme chrétien. Le fait est que ce n’est pas le cas, que j’ai manqué la quasi-totalité des cours de catéchisme auxquels mes parents m’avaient inscrit, et que mon rationalisme m’a toujours empêché de croire au religieux et à l’inexplicable – un scepticisme que semblait pourtant partager Saint Thomas d’Aquin.

Je choisis l’honnêteté et avoue que la religion et moi ne sommes pas en très bons termes, mais que je reste suffisamment ouvert d’esprit pour traiter les sujets avec impartialité et respect. Je reçois, suite à ma réponse, une copie de la charte éditoriale de RCF me permettant de mieux comprendre la nature des diffusions de la radio. Actualité diocésaine, programmes spirituels repris du siège social basé à Lyon, parole donnée aux évêques, messes retransmises en direct : il semblerait que je me sois lancé un beau défi.

Pardonner l’inexpérience, ne pas excuser le mépris

Nous sommes le 21 mars, mon premier jour à la radio. J’arrive sur les lieux, et remarque la proximité de la radio avec une petite église. Dans les locaux, quelques cadres représentant la vierge Marie et Jésus. Je rencontre l’équipe et discute avec le technicien-animateur-multicasquette, lui avouant ne pas avoir de lien direct avec la religion, et avoir peur que l’on me confie des sujets trop pointus. Il me rassure, me dit que son athéisme ne lui a jamais posé problème, et conclut : « si jamais tu sens qu’un sujet est trop délicat pour toi, n’hésite pas à le dire et quelqu’un d’autre s’en chargera, on te trouvera autre chose à faire ». Me voilà rassuré.

On me confie rapidement une interview à réaliser en studio lors du direct de 12 h. Je dois interviewer, en une quinzaine de minutes, une association faisant la promotion touristique d’une église namuroise venant de rouvrir ses portes après 30 ans de travaux. Les invités arrivent, se présentent et s’assoient autour de la table qui trône au milieu de la rédaction. Nous préparons l’interview pendant une demi-heure avant de passer à l’antenne.

Au fil des questions, l’un d’entre eux remarque mon ignorance et ma mauvaise utilisation du lexique religieux. « Le plafond n’est pas moulé, Monsieur, il est sculpté. N’allez pas nous contrarier », me dit-il avec humour, avant de poursuivre : « il s’agissait d’une église jésuite, par le passé ». Je l’interroge : « qu’est-elle alors, aujourd’hui ? » Les yeux écarquillés, bouche bée, l’intéressé semble stupéfait. Il prend un air grave, et me recadre : « vous savez quoi ? Faites au plus simple, dites-en le minimum et laissez-nous parler à l’antenne ». Vient alors mon tour d’être offusqué. Ne sachant quoi répondre, tant à cause de mon statut de stagiaire que par étonnement, je m’incline.

Une fois le direct terminé, les invités partent et j’informe la directrice d’antenne du déroulement de la rencontre. J’apprendrai, quelques jours après, que ceux-ci ne sont plus les bienvenus au studio après notre accrochage. Aujourd’hui, je suis en stage dans une rédaction chrétienne, et j’ai appris que si la religion pardonne l’inexpérience, elle n’excuse pas le mépris.

« En stage » est une série d’articles plus personnels qu’à l’accoutumée, consacrés à des expériences ou des observations réalisées par les étudiants du Master 1 « Nouvelles pratiques journalistiques » de l’Université Lumière Lyon 2 lors de leur stage obligatoire à l’étranger.

1 thought on “En stage : « étudiant athée dans une radio chrétienne »

  1. Excellent, comme à ton habitude. La même plume que j’ai découverte il y a bien des années, et loin du journalisme. Simple, délicate, avec plus de maturité et d’expérience. Je suis ravie que tout se passe aussi bien pour toi. A bientôt, amigo.

Comments are closed.

Horizons Médiatiques

Le monde raconté par les étudiant·es du Master Nouvelles Pratiques Journalistiques de l'Université Lumière Lyon 2.