La biodiversité éclipsée par le climat dans les débats ?

Le vaste champ de la biodiversité a suscité beaucoup d’interrogations au cours de la deuxième journée des assises internationales du journalisme, le jeudi 30 septembre. Si certains journalistes et scientifiques présents sont partagés sur la corrélation entre biodiversité et changement climatique, ils sont par contre unanimes quant’au manque d’initiatives pris par les journalistes pour la vulgarisation des informations propres à éclairer la lanterne de l’opinion publique sur le changement climatique et la biodiversité.

Regroupant l’ensemble des milieux naturels et des espèces vivantes, la biodiversité est facteur de lutte incontournable pour la cause de l’écologie. Pourtant, cette problématique cruciale est presque absente dans les débats publics a souligné Christophe Cassou, membre du groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Dans l’optique de palier à ce problème, et face à l’urgence, les scientifiques du GIEC se sont organisés et se sont divisés en trois groupes qui ont pour objectif de faciliter l’accès a l’information autour de leurs recherches et ses résultats. Le premier groupe s’occupe de la science du climat, le deuxième de l’impact de la vulnérabilité des populations et des possibilités d’adaptation à ses impacts, enfin le troisième a pour rôle de trouver des solutions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Christophe Cassou évoque « une responsabilité collective de travailler à décomplexifier la communication des sciences adressées au grand public ».

Christophe Cassou, membre du groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC)

Biodiversité et climat, « ce n’est pas le même combat »

« Le réchauffement climatique est global et universel alors que la biodiversité est écosystémique », précise Dominique Martin-Ferrari, journaliste spécialisée dans l’environnement. Toutefois, il est un fait que le réchauffement climatique influe sur la biodiversité, note la journaliste. Il s’agit alors de deux sujets liés mais différents du point de vu de leurs enjeux respectifs, laisse-t-elle entendre. La problématique du climat touche à la vie de tous les jours. « La question du climat éclipse celle de la biodiversité. Il est beaucoup plus difficile de vous priver de votre voiture […] de ne plus émettre de CO2 que de voir la forêt bruler […], explique-t-elle.

Le réchauffement climatique jouit d’une dimension universelle reconnue par tous, considérant les approches internationalement envisagées à son sujet. Ce qui n’est pas le cas pour la biodiversité qui est plutôt abordée au cas par cas et donc territorialisée. D’ailleurs, la biodiversité est l’objet de pas mal de contradictions géopolitiques entre le Nord et le Sud, explique la professionnelle de l’information. En plus, les acquis en termes de normes internationales sont beaucoup plus importants côté climat que dans le domaine de la biodiversité. En revanche, elle préconise l’idée d’une normativisation plus conséquente des enjeux liés à la biodiversité afin qu’elle puisse jouir de la considération à la hauteur de son enjeu.

  Deux alliés pour un objectif commun

« La biodiversité et le climat sont tellement liés qu’on ne peut faire de silo »  rapporte Pascale Larmande, animatrice régionale de la biodiversité Centre-Val de Loire.  Pour un monde plus écologique il faut accorder une place importante à la biodiversité donc à la nature. Par exemple, en végétalisant les rues, ce qui a un effet bénéfique sur la santé des habitants. Depuis 2020, il existe un programme de l’office national de la biodiversité, dédié à la surveillance, la préservation, la gestion et la restauration de la biodiversité terrestre, aquatique et marine, ainsi que la gestion équilibrée et durable de l’eau.

Les rédacteurs en chef et les dirigeants doivent prendre le sujet à bras le corps préconise Dominique Martin-FERRARI, qui attend du journaliste le passage à l’acte. Si le changement climatique nous engage à un niveau international, la biodiversité engage notre habitat local. Il y a donc un enjeu à ce que les journalistes s’approprient mieux le sujet.

Samira Ouedraogo & Louikens Evariste

Horizons Médiatiques

Le monde raconté par les étudiant·es du Master Nouvelles Pratiques Journalistiques de l'Université Lumière Lyon 2.