VHM veut se faire entendre

Il y a quatre mois, il était au chômage. Aujourd’hui, Victor Hugo Morales intervient dans deux programmes, le premier à la radio, le second à la télévision. Et ce n’est pas tout, il vient d’écrire un livre, qui est déjà un gros succès. Pas de doute, VHM a repris sa marche en avant.

Après son licenciement au début du mois de janvier, l’avenir journalistique de Victor Hugo Morales en Argentine s’écrivait en pointillés. 130 jours plus tard, il est redevenu l’un des journalistes les plus influents de son pays. Au point même de penser que son départ précipité d’une radio pour laquelle il a travaillé pendant 30 ans est l’une des meilleures choses qui lui soient arrivées en 2016.

Sa première pierre, VHM l’a posé le 4 avril dernier. Ce matin là, au micro d’AM 750, il a officialisé son retour sur le devant du paysage médiatique argentin. Certains se seraient contentés de ça. Pas lui. Depuis le 16 mai, il est également aux commandes d’une émission d’information quotidienne sur C5N, entre 18 heures et 21 heures. Sur cette tranche horaire, son programme est en compétition avec celui de Nelson Castro, son ancien compère à Radio Continental. Ce dernier est retransmis sur la chaîne TN, propriété de Clarín, groupe contre lequel VHM est en guerre.

Et pour son arrivée sur C5N, ses dirigeants ont décidé de voir les choses en grand. Son retour a en effet été annoncé par une vidéo publiée par la chaîne elle-même, dans laquelle les images et la musique utilisées accentuent le mythe que les Argentines vouent à Victor Hugo Morales. Trois heures d’antenne chaque jour, auxquelles il faut ajouter son émission de radio matinale. Quotidiennement, VHM dispose donc de 6 heures pour faire passer ses idées. Mais visiblement, cela ne lui suffit pas.

Un livre qui va faire parler

Lorsque nous l’avions rencontré, en février, Victor Hugo Morales nous avait parlé d’un livre qu’il écrivait, sans que nous puissions, à l’époque, révéler le titre ou encore le contenu. Lors de la très célèbre Feria del Libro (Foire du Livre), qui avait lieu le 23 avril dernier à Buenos Aires, VHM l’a finalement présenté : Mentir a Diario. Despidos, estafa mediática y entrega del país en la Argentina neoliberal de Mauricio Macri (Mentir au quotidien. Licenciements, escroquerie médiatique et l’Argentine néolibérale de Mauricio Macri).

« En Argentine, il n’y a rien de plus corrompu que les médias ».  — Victor Hugo Morales.

Accueilli avec les acclamations du public, il a alors dévoilé le contenu de son œuvre. Comme le titre le suggère, Victor Hugo Morales critique tout au long de son livre le nouveau gouvernement en place, celui de Mauricio Macri. Mais l’idée principale de son ouvrage est surtout de tirer la sonnette d’alarme quant au journalisme aujourd’hui en Argentine, VHM parlant notamment de « terrorisme médiatique ». Il accuse Héctor Magnetto, directeur du groupe Clarín — qu’il avait déjà critiqué lors de notre interview —, d’être « propriétaire » du gouvernement. Il lui reproche aussi d’avoir « dénaturé » la démocratie. « Nous sommes au milieu d’un journalisme mafieux, ou Clarín a réduit en miette la démocratie et la possibilité pour les Argentins d’être informés », a-t-il notamment déclaré.

Avec l’aura que détient Victor Hugo Morales dans le pays, le succès de son livre ne fait pas vraiment de doute. Et si cela n’était pas le cas, il a toujours ses six heures d’antenne quotidienne pour se faire entendre…

Horizons Médiatiques

Le monde raconté par les étudiant·es du Master Nouvelles Pratiques Journalistiques de l'Université Lumière Lyon 2.