Quand la télévision locale liégeoise se remet en question

logo rtcRTC Télé Liège, antenne locale de la région liégeoise, entame une mutation sans précédent. Créée en 1977, RTC veut redynamiser sa grille des programmes. Dans un communiqué de presse, la chaîne écrit : « partant du constat que les médias connaissent aujourd’hui une évolution sans précédent, RTC Télé Liège lance un plan stratégique sur base participative ». RTC désire ainsi tracer son avenir dans « un monde en pleine évolution », en se posant des questions sur ses habitudes. Pour se faire, elle s’entoure de ID Campus, plateforme de créations innovantes, mais aussi de Jean-Jacques Jespers, journaliste expérimenté ayant passé trente-trois ans à la RTBF. Du neuf, et du moins neuf donc, pour séduire toutes les tranches d’âges.

Car c’est cet autre constat que les dirigeants de RTC cherchent à atténuer : les jeunes générations ne regardent pas la chaîne liégeoise. Jean-Christophe, président du conseil d’administration, le constate amèrement : « les nouvelles générations ne regardent plus la télé comme leurs parents le font ou le faisaient ». Afin d’attirer ce public jeune, RTC doit prendre un virage à 360 degrés au niveau de l’implantation web : 3 % des téléspectateurs regardent la chaîne uniquement sur internet. Les émissions sont mises à disposition sur le site, mais seulement à travers le lecteur privé de RTC. Il est en outre impossible de partager les vidéos sur les réseaux sociaux, ce qui paraît surprenant quand on sait l’importance de ceux-ci dans la vie des jeunes générations. La chaîne a déjà fait un pas dans ce sens, puisqu’elle a récemment engagé un community manager, chargé d’animer les réseaux sociaux.

Six tables rondes prévues

Si la démarche de RTC est originale, c’est qu’elle enquête directement auprès des acteurs locaux. La chaîne a prévu six tables rondes avec les entités suivantes : monde sportif, socio-économique, culturel, acteurs institutionnels, téléspectateurs, jeunes et non-téléspectateurs. Ces réunions auront pour but de déterminer ce que ces acteurs pensent réellement de RTC, comment ils souhaiteraient la voir évoluer, et comment bâtir de nouveaux partenariats pour construire un nouveau projet. Ainsi, le « plan stratégique » de la chaîne lui permettra de tracer son avenir.

Si nous ne connaissons pas encore les conséquences de ce virage, il pourrait apporter du changement pour les journalistes. Jean-Christophe Peterkenne l’a dit, « on ne se refuse rien, y compris des changements dans l’organigramme, avec une évolution des profils et compétences ». La chaîne emploie actuellement huit journalistes, qui pourraient voir leurs missions et temps de travail évoluer avec le développement du numérique.

RTC veut aussi profiter de cet éclairage temporaire, matérialisé par une conférence de presse, pour développer ses recettes publicitaires et demander un financement communal. La chaîne de la province de Liège n’est effectivement pas financée par les villes qu’elle recouvre, à savoir Liège, Huy et Waremme. L’un des objectifs annoncés de la chaîne consiste à « mettre en évidence ce qui fonctionne bien dans la métropole liégeoise ». À l’heure où la Ville de Liège lance Métamorphoses, concept de programmation événementielle inspirée de la fête des Lumières lyonnaise, et destinée à mettre en valeur la région liégeoise, la convergence est toute trouvée.

1 thought on “Quand la télévision locale liégeoise se remet en question

Comments are closed.

Horizons Médiatiques

Le monde raconté par les étudiant·es du Master Nouvelles Pratiques Journalistiques de l'Université Lumière Lyon 2.