2020 : l’année de la visio-conférence

Devenu incontournable, le télétravail passe largement par l’utilisation abondante des plateformes collaboratives. Première conséquence : le nombre d’utilisateurs et les chiffres d’affaires de ces espaces en ligne ont explosé.

2020 restera une bonne année, au moins pour les plateformes de visio-conférence. Avec la pandémie de coronavirus, les applications comme Microsoft Teams, Zoom ou Slack sont devenus les nouveaux collègues de travail du quotidien. Entre les travailleurs confinés et les cours scolaires à distance, le nombre d’utilisateurs a explosé pendant les deux confinements.

Des chiffres d’utilisation record

Parmi ceux à qui le confinement a profité, Zoom est celui qui s’en sort le mieux. En avril 2020, la start-up californienne comptabilisait 300 millions d’utilisateurs quotidiens, contre 10 millions en décembre 2019. Pour Microsoft Teams, le nombre d’utilisateurs quotidiens sur la plateforme a bondi de 161% entre février et octobre. Avant le confinement, 44 millions de personnes dans le monde utilisaient Teams quotidiennement ; ils sont désormais 115 millions à se connecter chaque jour. Face à cette rapide évolution, Google Meet a réagi en rendant son service temporairement gratuit pour tous les utilisateurs. Il n’en fallait pas moins pour attirer la clientèle : le nombre d’utilisateurs quotidiens a grimpé de 5 à 50 millions au printemps.

Autre résultat notable, celui de Cisco Webex. En octobre dernier, plus de 600 millions de participants ont utilisés la plateforme. Un chiffre conséquent, mais qui ne donne pas d’indications sur le nombre d’utilisateurs quotidiens, contrairement à ses concurrents.

De gros bénéfices économiques

Qui dit augmentation de la clientèle, dit augmentation du chiffre d’affaires. La hausse la plus significative est enregistrée chez Zoom. Le géant américain a annoncé un chiffre d’affaires de 663,5 millions de dollars au deuxième trimestre de cette année, soit un bénéfice net de 185,7 millions de dollars. Une progression démentielle : ce second trimestre suffit à lui tout seul pour dépasser le chiffre d’affaires annuel de 2019, qui pointait à 101 millions de dollars. Face à cette croissance rapide, Zoom a modifié ses ambitions concernant le dernier trimestre. L’entreprise envisage des recettes encore plus abondantes qu’au second trimestre et se fixe sur un chiffre d’affaires de 2,37 milliards de dollars au minimum.

Concernant Microsoft, il est plus difficile de se faire une idée précise sur ce qu’a rapporté exclusivement la plateforme Teams. Amy Hood, vice-présidente exécutive et directrice financière de Microsoft, a toutefois assuré que Microsoft avait réalisé un chiffre d’affaires de 15,2 milliards de dollars sur son dernier trimestre, ce qui équivaut à une hausse de 31 % d’une année sur l’autre. On imagine que Teams a participé à cette croissance spectaculaire.

Pour Webex, c’est en Europe que la plateforme a le plus séduit. Sa croissance a été multipliée par 4 sur le vieux continent. Interrogé par Reuters, le vice-président de Cisco Collaboration, Sri Srinivasan, juge ce développement en lien avec « l’expansion du télétravail, de l’éducation à distance et de la télésanté ».

Amélioration de la qualité des services

Attirer des clients, c’est bien. Les garder, c’est mieux. C’est pour cette raison que ces différentes plateformes mettent en place un certain nombre de nouveaux services afin de fidéliser la clientèle. La crainte est en effet de voir celle-ci disparaître si la crise sanitaire est amenée à s’apaiser. Pour éviter cette situation, Teams a notamment lancé cet été le « Together Mode », un mode d’affichage permettant de représenter les participants sur un espace virtuel. Une sorte de « réunion virtuelle » où chaque visage est positionné sur un faux siège. Egalement, il est désormais possible d’envoyer des émojis en direct afin de favoriser les réactions en direct. Fin octobre, Teams a ajouté des fonctionnalités comme la possibilité d’apparaître « Hors Ligne » et a changé le « look » de ses notifications. Tout faire pour ne pas lasser l’utilisateur de son expérience.

Google Meet ajoute également ses propres nouveautés. La plateforme de réunion peut désormais afficher jusqu’à 16 utilisateurs en simultané. C’est loin des 49 que Zoom est capable de montrer à l’écran, mais c’est mieux que Teams qui ne met en avant que 10 profils seulement. Google estime que « voir plus de personnes en même temps peut améliorer la dynamique des réunions de groupe. »

Les plateformes de visioconférence misent sur les nouveautés pour conserver leur clientèle et maintenir leurs chiffres d’affaires élevés. Même si la crise sanitaire est amenée à se calmer et à progressivement réduire le télétravail, il est plus que probable que ces applications aient un bel avenir. Dans une interview accordée à NEON, le psychologue Jean Pralong, professeur de gestion des Ressources Humaines à l’EM Normandie émet toutefois quelques doutes : « Le télétravail à temps partiel, pourquoi pas. En revanche  j’ai beaucoup de mal à croire que le télétravail à temps complet fasse consensus. »

Horizons Médiatiques

Le monde raconté par les étudiant·es du Master Nouvelles Pratiques Journalistiques de l'Université Lumière Lyon 2.