Trump vs Biden

Source: Skynews

Présidentielle américaine 2020 : qui sont les électeurs de Trump et de Biden

Perdant des élections présidentielles de 2020, Donald Trump n’a pas reçu le soutien d’une partie de ses électeurs de 2016. Les chiffres montrent un pays plus divisé que jamais.

Joe Biden a réussi à rassembler 80 millions de voix pour devenir le 46ème président des États-Unis avec la première femme vice-présidente, Kamala Harris. En face, son rival républicain a totalisé 73,9 millions. Au premier abord, les élections présidentielles de 2020 redonne l’image d’un pays divisé en deux, comme en 2016. Mais à regarder de plus près, les lignes ont bougé.


 [Unknown A1]Persuadez votre lecteur que votre sujet a plus d’intérêt que  juste expliquer quelques détails

Donald Trump a gagné en 2020, 49 % des électeurs de sexe masculin contre 53 % en 2016. Alors que son rival, Joe Biden, a gagné largement d’électeurs parmi les femmes et les minorités afro-américaines, latino-américaines et asiatiques. L’Edison Research a mené plusieurs sondages avec 15 318 électeurs afin de cerner le profil des électeurs pro-Trump et pro-Biden.

Un des graphiques d’Edison Research sur le profil
socio-démographique des électeurs américains de 2020.
Via Reuters, 4 novembre 2020, BBC

Électeurs pro-Trump : blancs et ruraux

Selon le sondage d’Edison Research, 57 % des électeurs blancs ont voté pour Trump contre 42 % pour Biden en 2020. L’ex-président a effet perdu 3 % d’électeurs blancs par rapport à 2016, notamment à cause de sa gestion de la crise sanitaire. « Donald Trump est le premier président qui prône ouvertement les vertus de n’être le président que d’une partie des Américains : les Blancs menacés d’Amérique », explique le politologue Charles-Philippe David dans Ouest-France.

Concernant la zone géographique, une grande partie de sa base électorale est restée dans les petites villes (55 %) et dans les zones rurales (65 %). Mais les électeurs de ces régions ne représentent que 35 % de l’électorat total aux États-Unis. Pour Steven Beda, professeur d’histoire à l’Université d’Oregon, Trump a « convaincu de nombreux républicains ruraux », en expliquant que « si le pays revient à un démocrate, cela pourrait aboutir à un état de chaos », en faisant passer Biden pour un socialiste voire un communiste (France Culture).

Le changement majeur pour Trump est son augmentation d’électeurs de la communauté latinos. 38 % des hommes et 32 % des femmes de la communauté ont voté pour l’ex-président, contre 32 % et 25 % des voix, respectivement, il y a quatre ans. Eduardo Gamarra, professeur de sciences politiques à l’université de Floride, explique dans Slate cette augmentation par le fait que « dans les années 1980, le parti républicain leur a accordé énormément d’attention et de prévenance, ce qui a fondé les bases d’un électorat qui est resté très loyal pendant au moins deux décennies. »

La plus grande communauté latino-américaines ayant voté pour Trump vient de la Floride. « Les Vénézuéliens, par exemple, sont des réfugiés qui ont fui le chavisme et ont donc une image extrêmement négative du socialisme et de la gauche radicale », explique Mathieu Gallard, spécialiste dans l’étude des grandes tendances aux États-Unis.

Électeurs pro-Biden : issus de minorités et jeunes

La majorité des électeurs latinos a tout de même voté pour Joe Biden avec 63 % des voix, contre 66 % qui soutenaient l’ancienne secrétaire d’État. Parmi les autres groupes de minorités, Biden a pu compter sur le soutien important de la communauté afro-américaine largement démocrate avec 87 % des voix. « Vous avez toujours été derrière moi, et je serai derrière vous », annonce Biden lors de son discours de victoire.  

Le démocrate a connu une forte popularité chez les jeunes de la génération Y. 62 % des électeurs âgés de 18 à 29 ans ont choisi l’ancien vice-président. Son engagement et son activisme en contexte de manifestations contre le racisme et les violences policières l’ont propulsé sur les devants de la scène, selon les études de Pew Research.

Le démocrate a également gagné un point avec le vote des banlieues, un électorat auquel Trump s’est adressé avec ardeur pendant sa campagne, en tentant d’évoquer la peur des émeutes. Apparemment, la stratégie du républicain a échoué, avec 54 % des votes de banlieue allant à Biden, 10 points de pourcentage de plus que Clinton. De plus, il a amélioré son image auprès des électeurs des zones urbaines, puisque 65 % de ce vote lui revenait. En 2016, Hillary Clinton a remporté 60 % de ces électeurs.

En comparaison avec 2016, les fidèles électeurs de Trump se sont réduits de 3,9 % mais le profil sociodémographique n’a pas connu de grande variation. Le changement majeur en 2020 est le nombre record de participations aux élections avec un total de 66,4 % de votes (165 millions de votes selon Le Monde). Joe Biden devient donc le candidat ayant reçu le plus grand nombre de votes des élections américaine.

                                                                                                                               
Donia Ouahada

Horizons Médiatiques

Le monde raconté par les étudiant·es du Master Nouvelles Pratiques Journalistiques de l'Université Lumière Lyon 2.