Pour rester le numéro 1 Facebook lance de nouveaux services

Pour écraser la concurrence, Facebook a mis en place sur sa plateforme de nouveaux services tels que le Facebook Gaming ou le Facebook Dating. L’objectif, être le réseau social le plus complet afin de toucher davantage les jeunes, notamment en Afrique.

Comptant2,701 milliards d’utilisateurs, Facebook est le réseau social le plus utilisé dans le monde. En France, le joyau de Mark Zuckerberg totalise 38 millions d’utilisateurs actifs mensuels. Des chiffres totalement mirobolants qui devraient s’accroître puisque Facebook continue de se développer en instaurant de nouveaux services. En avril 2020, le réseau social a lancé le Facebook Gaming (plateforme de streaming de jeux vidéo) avec comme objectif de concurrencer Twitch. Et, en octobre dernier, il a créé le Facebook Dating, un espace dédié aux rencontres entre célibataires. Une fonctionnalité dominée par Tinder qui a récemment enregistré un record mondial de 3 milliards de “Swipes”, le 29 mars dernier.

En englobant ces services sur sa plateforme, Facebook impose sa concurrence aux autres réseaux sociaux. Toutefois, Mark Zuckerberg ne prend pas vraiment de risques puisque ses concurrents ont déjà montré que les services de jeux vidéo ou les applications de rencontres plaisent. Afin de contrer ce manque d’originalité, Facebook tente tout de même d’affiner ses nouvelles fonctionnalités. Par exemple, par rapport à Tinder, le Facebook Dating analyse les données datas des internautes pour leur permettre de rencontrer une personne avec des centres d’intérêts similaires ; posant ainsi soit dit au passage, l’épineuse question de la protection des données des utilisateurs. À ce propos, « le vrai défi de Facebook sera de rassurer les gens vis-à-vis de la protection des données parce que le Facebook Dating est lié à son compte Facebook », nous confie Antoine Hürlimann, journaliste spécialiste des réseaux sociaux. Une question qui pourrait rendre frileuses certaines personnes au sujet de ce récent service, exposant en public « crush » ou orientation sexuelle…

Capter davantage les jeunes

Mais, l’objectif de Facebook est d’écraser la concurrence. À l’aide de ses nouvelles fonctionnalités, le réseau social vise à capter davantage les jeunes. C’est d’ailleurs cette génération-là qui est la plus friande de services de jeux vidéo ou de rencontres en ligne. Selon YouGov, 50% des français de 18-34 ans estiment que les applications de Dating sont idéales pour rencontrer de nouvelles personnes. Et puis, plus on est jeune, plus on joue : chez les 18-24 ans en France, 91% s’amusent grâce à des jeux vidéo (sondage IFOP). La question sera de savoir si cette stratégie payera car les moins de 25 ans désertent le réseau social en 2020. Par exemple, chez les 16-25 ans, 61% de ces jeunes déclarent utiliser la plateforme, en France. Trois ans auparavant, ils étaient pourtant 93%… Pour Antoine Hürlimann, « Durant 4 ans (2013-2017), Facebook a raté le coche des vidéos éphémères et désormais ce format court satisfait davantage la nouvelle génération. » Pour preuve, fin 2019, Snapchat était le réseau social le plus utilisé par cette tranche d’âge (68%) et seulement 31% utilisaient Facebook.

L’Afrique, ligne de mire de Zuckerberg

Pour faire revenir les jeunes, l’Afrique est dans la ligne de mire de Marc Zuckerberg. « C’est là où il y a un potentiel de développement et une grosse audience à capter », nous commente le spécialiste en réseaux sociaux. En 2020, seulement 17% de la population africaine utilise la plateforme. D’ici 2050, le continent devrait doubler sa population, passant de plus d’un milliard d’habitants à près de 2,4 milliards. Et surtout, la moitié de ses habitants aurait alors moins de 25 ans. Une opportunité pour Facebook de toucher les jeunes de 15 ans d’ici 15-20 ans et de pouvoir leur proposer le service le plus complet par rapport aux autres réseaux sociaux. Une stratégie agressive pour continuer à être le RSN de référence et le numéro 1 concernant la publicité en ligne. Au cours du second trimestre 2020, le chiffre d’affaire de Facebook s’établissait à 18,7 milliards de dollars dont 98% était généré par la publicité, représentant un bénéfice de 5,2 milliards de dollars rien qu’en un semestre. Alors imaginons le chiffre d’affaire qu’empochera Facebook lorsqu’il captera plus d’un milliard de jeunes en plus, dans quelques années…

Horizons Médiatiques

Le monde raconté par les étudiant·es du Master Nouvelles Pratiques Journalistiques de l'Université Lumière Lyon 2.