Rémi Gaillard: le candidat surprise des municipales

Connu dans le monde entier pour ses vidéos canulars sur Youtube, l’humoriste est candidat aux prochaines élections municipales à Montpellier.

C’est dans un petit bistrot de la galerie marchande d’un supermarché que je rencontre Rémi Gaillard. Un lieu de rendez-vous simple, comme cet homme qui se présente à moi vêtu d’un sweat-shirt, d’un jean et d’une paire de baskets usée.
Sa candidature a été une surprise pour beaucoup. Pendant des années, le Montpelliérain se fait connaître grâce à des canulars postés sur Internet. Des pièges aux impostures en passant par des intrusions dans des émissions télévisées, le slogan reste le même : « c’est en faisant n’importe quoi qu’on devient n’importe qui ». Sa candidature serait-elle alors encore une fois une blague?

« Puisque les élections sont toujours un canular, autant voter pour un vrai clown »

Rémi Gaillard, âgé de 44 ans, a horreur qu’on lui reproche son manque d’expérience en politique. « Les 20 ans de caméras cachées que j’ai au compteur ont été la meilleure préparation ». Il ajoute qu’aujourd’hui son but n’est plus seulement de faire rire, mais de dénoncer. Avant la mort de son chien en 2012, il lui fait la promesse de tout faire pour aider la cause animale. « En allant au bout, je le fais un peu pour lui puisque je porte beaucoup d’idées de bien-être animal ». En 2016, il s’enferme dans une cage de la SPA pour rendre la liberté aux chiens, et crée dans la lancée son association Anymal qui vient en aide aux animaux délaissés.

Une action qui n’aura pas l’effet escompté. Lassé par l’inaction des élus, Remi Gaillard décide de prendre les choses en main et se présente officiellement le 16 décembre. « Après mon enfermement à la SPA, les élus de ma ville m’ont fait des promesses, mais ils n’ont rien tenu. Aujourd’hui je suis candidat et c’est mon meilleur sketch. Puisque les élections sont toujours un canular, autant voter pour un vrai clown ».

Un positionnement politique non identifié

Concernant son positionnement politique, Rémi Gaillard assure : « mon parti n’est pas vraiment un parti, c’est plutôt une meute qui regroupent des personnes qui n’ont pas de voix ». Il appelle « les sans-dents, les saltimbanques, ceux qui traversent la rue, les infirmières, ceux qui ont un chien, les Gaulois réfractaires, ceux qui n’y croient plus, ceux qui ne lâchent rien […] ceux qui galèrent à la fin du mois » à se porter sur sa candidature. Un discours qui rappelle celui de Coluche, candidat à l’élection présidentielle de 1981. Si ce dernier avait abandonné après un mois de campagne, Rémi Gaillard assure vouloir aller au bout et se retirer seulement « si tous les autres candidats portent un nez rouge, car j’en soupçonne un ou deux de pouvoir le faire avec, en plus, une plume dans le cul ».

Une des grandes propositions de son programme est de baisser son futur salaire de maire au SMIC (pour reverser la différence à des œuvres de charité), mais l’humoriste ne s’arrête pas là. Sa campagne est surtout basée sur l’écologie. Encourager l’utilisation des transports en commun en les rendant gratuits, créer toutes les conditions pour traverser la ville en vélo et d’autres mesures que l’on retrouve dans beaucoup de programmes et notamment celui d’EELV. Peut-être un ralliement écolo pourrait augmenter ses chances de victoire. À la question un rapprochement avec Clothilde Ollie qui se présente indépendamment d’EELV est-il possible, le Montpelliérain nous confirme qu’elle a assisté au festival Anymal le 7 décembre et ajoute « passe-lui mon mail, elle peut aussi venir sur ma liste ».

« J’espère pouvoir mobiliser mes milliers de followers »

Fan du MHSC depuis toujours, il était impossible pour Rémi Gaillard de ne pas parler football dans son programme. Mais il n’est pas le seul, la construction d’un nouveau stade est un projet commun à l’ensemble des candidats. Le projet, né en 2016 après d’importantes inondations du stade de la Mosson, a dû être abandonné par l’actuel maire Philipe Saurel faute d’emplacement. Rémi Gaillard souhaite le relancer et propose un nouveau stade financé à 100% par le privé à condition d’en faire un éco-stade totalement respectueux de l’environnement. Il imagine des panneaux photovoltaïques pour une autonomie en énergie ou encore un toit en mesure de récupérer l’eau de pluie pour la pelouse et l’utilisation des sanitaires.

Un projet ambitieux avec lequel Rémi Gaillard risque de perdre des voix, de nombreux supporters étant attachés au stade de la Mosson qui a toujours été à la Paillade, le quartier populaire de Montpellier. L’humoriste espère que les Pailladins comprendront que « c’est le sens de l’histoire, le souhait de Loulou » (Louis Nicollin, NDLR) et le soutiendront dans sa campagne. Des milliers de followers pourraient également le soutenir à travers les réseaux sociaux. Même si la plupart sont à l’étranger, Rémi Gaillard encourage le plus grand nombre à s’inscrire sur la liste électorale.

Horizons Médiatiques

Le monde raconté par les étudiant·es du Master Nouvelles Pratiques Journalistiques de l'Université Lumière Lyon 2.